Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous

English Version

Culture pour tous

Quand le théâtre s’invite à l’école Publié le : 15 septembre 2020

Texte: Claire McKenna


Il est de ces projets qui arrivent pile dans l’air du temps, tellement qu’on pourrait croire qu’ils ont été créés en vue de la pandémie, elle qui accélère l’adoption d’outils numériques dans tous les milieux culturels et professionnels.

C’est le cas de «Scène en images: collection pour découvrir et apprécier le théâtre», un projet porté par trois organismes de Montréal: Théâtres Unis Enfance Jeunesse (TUEJ), l’Association Théâtre Éducation du Québec (ATEQ) et la Maison Théâtre.

Les arts : indispensables pour la réussite au secondaire

Saviez-vous que pour pour obtenir un diplôme d’études secondaires, les élèves doivent réussir au moins un cours d’art? Le problème, c’est que les enseignant·e·s chargé·e·s de dispenser cette formation – pourtant essentielle à la réussite – ne disposent que de très peu d’outils. Les ressources sont rares, éparpillées et mal indexées, donc difficiles à trouver – surtout en région, où l’offre théâtrale jeune public est plus rare que dans les grands centres.

C’est lors du congrès Théâtre et éducation 2019-2020 organisé par l’ATEQ, que l’idée a surgi: «On représente environ une centaine de spécialistes en art dramatique, avec l’intention de leur offrir des services de formation et de représentation autour de trois thèmes centraux: la création, l’interprétation et l’appréciation. Cette dernière vise à former le jugement critique, qui constitue la base du travail du spectateur; c’est donc là-dessus que doit porter l’enseignement des arts de la scène. Or, comme il n’y a pas beaucoup de ressources disponibles, chaque enseignant doit faire ses propres recherches afin de rassembler du contenu pertinent pour préparer ses élèves au spectacle – sans compter qu’il ou elle doit refaire son matériel chaque année. Une idée a donc émergé: réaliser un projet qui réponde à ces problématiques, une plateforme de référence à leur intention», explique Simon Caplette Charette, président de l’ATEQ et enseignant en art dramatique au secondaire. De là, l’idée est venue d’approcher les producteurs en théâtre pour obtenir des extraits, des captations de pièces, afin de créer des outils à l’intention des élèves et de les regrouper dans un espace accessible en ligne.

Manon Claveau, de la Maison-théâtre – un diffuseur spécialisé en théâtre pour l’enfance et la jeunesse rassemblant 29 compagnies de théâtre d’ici – représente quant à elle le milieu de la diffusion; elle travaille à la fois avec les enseignants et les artistes. «On essaie de créer des ponts entre les jeunes et les œuvres, pour qu’ils profitent le plus possible de l’expérience de spectateur. Plus ils seront exposés, plus ils se sentiront compétents – et plus ils apprécieront l’expérience, parce qu’ils auront acquis une panoplie de “saveurs” des différentes formes de théâtre –  plus le contenu leur deviendra accessible.»

Un élan créatif

Quant à Joachim Tanguay, du Théâtre Bluff, il ajoute: «L’ATEQ soutenait que le milieu avait besoin d’outils numériques. Mais, pendant longtemps, les compagnies de théâtre d’ici ont résisté à cette demande, parce que les œuvres d’art vivant leur semblaient difficiles à transposer en expériences numériques. Les enseignants devaient donc souvent se tourner vers des captations d’œuvres étrangères. Cependant, la discussion entre toutes les parties prenantes a généré beaucoup d’enthousiasme quand on a réalisé qu’on pourrait ainsi rejoindre des élèves partout au Québec avec des compagnies théâtrales d’ici!»

Très rapidement, vu l’élan créatif soulevé par cette idée, un comité de travail composé des membres des trois instances a été mis sur pied pour concrétiser le projet et une démarche de co-thinking s’est amorcée pour réfléchir aux outils à créer.

«Nous avons été privilégiés, ajoute M. Tanguay, d’être choisis par le Lab au moment où le besoin est devenu encore plus criant, ce qui a apporté une validation supplémentaire à la nécessité de trouver des outils virtuels ou numériques. Le projet est devenu crucial.»

Il poursuit: «Si la pandémie a mis en évidence le fait qu’il y avait vraiment un manque flagrant d’outils, maigre consolation, elle nous a aussi donné du temps pour réfléchir, ce qu’on n’a pas souvent. Une grande solidarité est en train d’émerger de tout ça, un désir fort de renforcer le dialogue entre tous les passionnés du milieu théâtral et de l’enseignement des arts.»

Les participant·e·s sont unanimes: leur engagement dans la cohorte 2020 du Lab culturel est, en effet, une formidable occasion de réseauter. Le projet qui les anime sera conçu pour répondre vraiment aux besoins des enseignants, qui à leur tour seront aussi sensibilisés à la vision de ce que c’est le théâtre pour les artistes. Ce réseautage va aussi leur permettre de côtoyer des projets similaires au leur – celui de Médiafilm, par exemple, qui vise le développement une boîte à outil de cinéma en ligne, ou celui de Sortir = Grandir, de la cohorte 2019, qui vise à réinventer la sortie culturelle des élèves du primaire pour mieux en révéler le potentiel transformateur, pédagogique et fédérateur.

En prime, grâce au Lab culturel, ils vont acquérir des connaissances: ils seront accompagnés par divers expert·e·s, notamment pour les questions de droits d’auteur, la conception d’outils numériques et le co-thinking. Ils auront aussi l’opportunité d’améliorer leurs compétences en communications, par exemple grâce à un atelier portant sur l’art du pitch, mais aussi en matière d’innovation, notamment grâce à la méthode de recherche et développement inspirée du Lean Start-up que propose le Lab culturel. Pour finir, ils vont réseauter à la puissance 1000, pour le plus grand bénéfice des élèves du Québec!


Objectifs du projet

Créer une solution numérique permettant aux enseignant·e·s en art dramatique et à leurs élèves de se familiariser avec la richesse du théâtre jeunesse québécois. L’équipe se penchera notamment sur les enjeux liés à la mise en ligne de captations de spectacles.

Étapes de réalisation du projet

La première étape du projet consiste à identifier les besoins spécifiques des enseignant·e·s spécialistes en art dramatique pour l’enseignement la compétence Apprécier des oeuvres dramatiques. Parallèlement, les porteurs et porteuses du projet travailleront à nouer les collaborations nécessaires au déploiement de Scènes en images, à cerner les défis que posent les enjeux de droits d’auteur en matière de diffusion numérique et à repérer les outils numériques déjà existants afin de s’en inspirer.

À la lumière des résultats de ces concertations et de ces recherches, un comité de travail se réunira à l’occasion d’une séance de co-thinking prévue au mois de janvier 2021 afin d’émettre des hypothèses quant à la forme que pourrait prendre un éventuel outil numérique. À l’aide d’un programmeur expert en numérique, l’équipe de Scène en images souhaite fabriquer un prototype d’outil destiné à être testé dans quelques classes volontaires, au primaire et au secondaire. Tout au long du processus, les membres de TUEJ engagent des négociations avec différentes associations d’artisan·e·s et professionnel.le.s des arts de la scène pour permettre la diffusion numérique d’oeuvres théâtrales.

Suite à cette période de prototypage prévue pour les mois de mars et d’avril 2021, les impressions et commentaires des participant·e·s seront recueillis dans un cahier de charge afin de tirer les grandes lignes directrices de la suite de la réalisation du projet.

Soutien du Lab culturel

  • aide financière de 15 000 $;
  • accompagnement professionnel d’une valeur de 5 000 $;
  • mise en relation avec différents expert·e·s et partenaires;
  • contribution au rayonnement du projet.

Le Lab culturel a été initié par Culture pour tous dans le cadre d’une mesure du Plan culturel numérique du Québec du ministère de la Culture et des Communications.

Partager ce contenu
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone