Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous

English Version

Culture pour tous

Tous uniques, mais connectés Publié le : 6 février 2018

Crédit : Julie Vaillant

Une nouvelle aventure du programme de mentorat culturel Passeurs de rêves a trouvé son dénouement le 16 janvier dernier, à l’Auditorium de l’École secondaire de la Montée de Sherbrooke. Les élèves de deux classes d’accueil ont accueilli, à leur tour, les autres élèves de leur établissement pour leur montrer le fruit de leur travail : deux œuvres collectives… éphémères.


Texte : Isabelle Tanguay
Photos : Julie Vaillant

« Fraîchement arrivée de Paris, je m’installe au Québec (à Sherbrooke) pour plusieurs années. Je viens de découvrir votre organisation par l’intermédiaire de votre site internet. Vos activités m’ont vraiment beaucoup plu ou pour être honnête, m’ont littéralement conquise ! Ainsi par ce mail, je me permets de me présenter et de vous proposer ma candidature pour une future collaboration peut-être. » C’est par l’envoi d’un courriel qui s’ouvrait en ces termes que Julie Vaillant est devenue Passeuse de rêves !

Diplômée en graphisme et en beaux-arts, détentrice d’une maîtrise en Enseignement et Éducation en Design et Arts, Julie a fait ses premières armes comme enseignante auprès d’adolescents âgés de 14 à 18 ans.

Une conversation téléphonique nous a vite permis de constater que Julie disait vrai : cette médiatrice culturelle a effectivement « de l’énergie à revendre et des idées créatives et pédagogiques par milliers ».

À preuve, Réseaux de sel, un atelier en apparence tout simple que Julie a proposé à Annie Bessodes-Barrette, enseignante en arts plastiques à l’École secondaire de la Montée de Sherbrooke, en Estrie.

Annie a accueilli Julie dans deux de ses classes d’accueil. Après une première rencontre dans chaque groupe pour découvrir l’artiste et travailler avec elle sur la notion de réseaux, deux séances de création, sur le plancher noir de l’auditorium, complétaient le projet.

Passe-moi le sel !

Chaque élève avait devant lui une petite boîte d’un kilo de sel fin ainsi que quelques outils lui permettant, dans un premier temps, d’étaler le sel en une mince couche sur laquelle il allait tracer un réseau graphique à l’aide de pinceaux, de baguettes ou, plus simplement, avec ses doigts. Seule règle du jeu : aucun objet figuratif ne devait être dessiné, et chaque réseau devait se connecter aux réseaux adjacents, sur le devant comme sur les côtés. Et c’était parti pour deux heures de travail au son méditatif du piano solo…

 

À l’heure du lunch, tous les élèves de l’école étaient invités à venir admirer les œuvres éphémères ainsi créées. Julie avait éclairé l’oeuvre avec de petites lampes à diodes électroluminescentes posées à même le sol, produisant ainsi une lumière rasante saisissante.

Et vers 13 heures, quand la cloche a sonné, Julie, Annie et deux élèves ont sorti les balais pour tout ramasser…

De ces deux œuvres éphémères, il ne reste donc que plusieurs photos, tout plein de beaux souvenirs… et une capsule réalisée par l’équipe estrienne de notre partenaire, La Fabrique culturelle de Télé-Québec.

Visionner la capsule.


Le programme de mentorat culturel Passeurs de Rêves est rendu possible grâce à l’appui financier du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Grand merci à nos donateurs, Groupe Banque TD, la Fondation Sandra + Alain Bouchard, La Capitale Groupe financier et Power Corporation du Canada.

Partager ce contenu
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone