Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous
  • Suivez-nous sur LinkedIn

English Version

Culture en entreprise

Bell s’ouvre à la culture en entreprise Publié le : 20 octobre 2013

Crédit : Audric Cussigh

Le photographe Pierre Blache

Michel Lefebvre – Octobre 2013

Nouvellement partenaire des Journées de la culture en 2013, la compagnie Bell a accueilli deux projets de création en entreprise afin de mobiliser les employés sous la bannière de la culture.


Pour une première année en 2013, Bell s’est engagé comme partenaire des Journées de la culture, ce qui a incité la direction de l’entreprise à participer au programme Culture en entreprise, mis de l’avant par Culture pour tous, afin de mobiliser les employés autour de deux projets artistiques: le premier avec le photographe Pierre Blache au Campus Bell de la compagnie à L’Île-des-Sœurs et le second avec deux artistes du Café Graffiti, Cyril et Arpi, aux bureaux de Dorval et du métro Jean-Talon.

Voir autrement son environnement de travail

« Sortez votre téléphone mobile, votre tablette ou votre bon vieil appareil-photo et amusez-vous ! Contribuez à notre œuvre collective. Pour y contribuer, rien de plus simple: envoyez-nous une ou plusieurs photos numériques en lien avec votre milieu de travail. » Ainsi s’exprimait la vice-présidente de Bell pour le Québec, Martine Côté, dans une infolettre envoyée au personnel de l’entreprise au Québec. L’idée était de leur faire explorer leur milieu de travail en les incitant à pointer leur appareil-photo vers des éléments particuliers de leur environnement. Parmi les 17 000 employés que compte Bell au Québec, ceux et celles qui souhaitaient participer pouvaient envoyer une sélection de 10 images via l’intranet de la compagnie.

Avec le projet photographique Voir autrement son environnement de travail, l’artiste Pierre Blache s’est donné pour mandat de réaliser une murale à partir des photos reçues. Il s’agit plus largement « de voir autrement le monde », explique-t-il, lui qui se définit avant tout comme photographe, mais aussi comme vidéaste et médiateur culturel, notamment pour ce projet à L’Île-des-Soeurs mais surtout par sa longue expérience de travailleur culturel à la galerie VOX et au Mois de la photo de Montréal.

À la rencontre de la photographie avec Pierre Blache

Photo : Lidia Barreiros

Réaliser un projet en entreprise avec les employés représentait pour Pierre Blache un nouvelle expérience. L’objectif était double. Il s’agissait d’un projet de création mais aussi de médiation culturelle dans le sens où l’artiste a partagé son expérience de la photographie avec des employés de l’entreprise intéressés à la création d’une oeuvre photographique collective.

Le 10 septembre 2013, près d’une quinzaine de personnes ont écouté l’artiste expliquer son approche de la photographie. « L’idée, dit Pierre Blache, est de comprendre comment la photographie fonctionne pour essayer d’être plus créatif et de montrer une vue différente de ce qu’on a l’habitude de voir. Le photographe est celui qui voit autre chose que ce qu’on voit au premier coup d’oeil. » Il montre alors quelques images de son portfolio qui permettent d’aborder les aspects techniques ainsi que le caractère souvent accidentel de la photographie. « Le hasard en photographie, dit-il, est un élément qui est constamment-là ». Il invite alors les gens à s’affranchir des règles de la bonne photo, à prendre une photo autrement que de manière frontale et bien cadrée, à sortir de leur manière habituelle de photographier.

Le défi de la participation

Photo : Audric Cussigh

Bien que Bell soit ancrée fortement au Québec depuis plus d’un siècle et présente depuis longtemps sur la scène de la commandite culturelle, ce serait la toute première fois que la compagnie allie les ressources humaines à une activité culturelle, selon Isabelle Julien, directrice à la gestion de la marque, rencontrée lors de la mise en branle du projet. « On souhaite que les gens se mobilisent, mais c’est un exercice difficile. On a des employés partout au Québec. Ce projet photographique nous permet de les regrouper sous la bannière de la culture. Ici même au siège social en compte 4 000 employés. »

Afin de stimuler la participation, Bell a mis en place un concours visant à récompenser les auteurs des meilleures photographies. Des représentants de Bell et de Culture pour tous ont choisi une photo gagnante et cinq photos coups de cœur, le grand gagnant se méritant un bon d’achat dans les magasins La Source.

Compte tenu du bassin potentiel, peu d’employés ont finalement participé, mais ce sont quand même des centaines de photographies qui ont été présentées au jury. Une trentaine de personnes ont participé à l’une ou l’autre rencontre d’information avec l’artiste, parfois avec timidité mais aussi avec curiosité et enthousiasme. La création éventuelle d’un club de photographie a même été soulevée.

L’œuvre collective qui a résulté de ce processus est spectaculaire et contribuera certainement à favoriser la participation lors d’un nouveau projet. L’artiste Pierre Blache avait annoncé lors de rencontres préliminaires que les photos composant la mosaïque seraient assez grandes pour que les participants puissent reconnaître les leurs. « Mon objectif est de créer une oeuvre artistique collective dont les employés seront fiers, disait-il. La base de la photographie, c’est la rencontre. Le photographe doit aller à la rencontre des gens, des lieux et des événements. La photo, c’est de la communication. »

Le 27 septembre 2013 avait lieu le dévoilement de l’œuvre à L’Île-des-Sœurs dans le vaste hall du Campus Bell, tel que le désigne la compagnie, qui a choisi de construire hors du centre-ville un milieu de vie convivial visant à favoriser la collaboration. Pour Bell, le projet photographique répondait à l’envie de mettre en valeur le bâtiment lui-même, vaste et lumineux, doté d’aires communes spacieuses et contemporaines.

Durant tout le mois de septembre 2013, Pierre Blache était libre d’explorer à sa guise le Campus et d’y prendre des photos, l’une d’elles devant servir de guide à la mosaïque d’images de l’oeuvre finale. « On a vraiment un beau lieu pour se prêter à l’exercice », dit Isabelle Julien, représentante de Bell pour ce projet de Culture en entreprise. « Le Campus Bell offre une diversité d’environnements qui se refléte dans le projet, explique Pierre Blache. L’idée était de jouer avec les éléments graphiques. »

Voir la vidéo du projet.


 

Élargir l’accès à la culture

Crédit : Lidia Barreiros

Le deuxième volet de la culture en entreprise chez Bell s’est déroulé dans les bureaux de la compagnie à Dorval et au métro Jean-Talon, à Montréal. La compagnie misait cette fois sur un projet artistique susceptible d’intéresser un personnel plus jeune et multiethnique, sans l’aspect participatif du projet photographique. Sous l’égide du Café Graffiti, un organisme communautaire bien connu d’Hochelaga-Maisonneuve qui a derrière lui plusieurs projets en entreprise, les artistes Arpi et Cyril ont chacun réalisé un tableau sur le thème de la communication. À l’heure du lunch, les employés ont donc pu assister à la création d’une œuvre maintenant installée dans leur bureau. « Il est important que les gens aient des oeuvres d’art dans leur milieu de travail, dit Isabelle Julien. » L’adhésion d’entreprises telles que Bell à des objectifs de développement culturel en entreprise apparaît dès lors tout aussi importante.

Voir la vidéo du projet

Liens :

Site de Pierre Blache : pierreblache.ca
Site du Café Graffiti : cafegraffiti.net

Partager ce contenu
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone