Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous
  • Suivez-nous sur LinkedIn

English Version

Georges Vercheval Publié le : 1 octobre 2006

Georges Vercheval, président de l’association belge francophone Culture & Démocratie, était l’un des invités au Forum La Rencontre qui s’est tenu à Québec le 15 septembre 2006. Nous l’avons interrogé sur les qualités que devrait posséder un médiateur culturel dans son pays. D’entrée de jeu, il s’engage avec conviction dans la défense de l’école pour l’accès aux arts et à la culture : «Elle doit rester un lieu de démocratie où chacun, à égalité de chances, devrait rencontrer les arts et la culture!» L’entrevue sera animée du début à la fin…


Un réseau de 4 000 personnes

Culture & Démocratie, créée à l’initiative de Bernard Foccroulle en 1993 et constituée en association sans but lucratif en 1994, rassemble des acteurs culturels et des responsables d’institutions soucieux d’agir sur le plan social. Son manifeste revendique un meilleur financement de la culture et un investissement plus important des villes et des communes.

L’organisme compte aujourd’hui un réseau de 4 000 personnes informées par un journal trimestriel et une lettre électronique mensuelle et joue un rôle d’interface entre les acteurs culturels et ceux qui se préoccupent d’intégration sociale. Il se positionne également quant aux grandes questions de société.

Georges Vercheval, quelles sont, selon votre expérience, les qualités essentielles d’un médiateur culturel?

«La générosité et l’intelligence! Et une certaine pratique artistique…», répond Vercheval, ajoutant «on ne parle bien que de ce que l’on connaît. Par ailleurs, qu’il ait ou pas une formation théorique, s’il n’a pas le contact facile, c’est peine perdue…»

Et les caractéristiques d’un projet exemplaire de médiation culturelle?

«Un bon projet doit correspondre à la demande et permettre la rencontre de publics différents, de gens qui ne se fréquentent pas spontanément.», mentionne-t-il. «Enfin, il devrait s’étendre sur une période suffisante pour émerger et faire son œuvre. C’est parfois difficile, souvent pour des raisons financières…»

Pourriez-vous identifier deux projets marquants de médiation culturelle?

«Difficile, il y en a tant! Spontanément, je citerais NéonNord, qui a généré 30 expositions et des rencontres sur le thème de la prostitution, dans un quartier populaire de Bruxelles, citoyens, artistes, assistants sociaux et animateurs de quartiers contribuant ensemble au succès de l’événement. Et l’incontournable Zinneke Parade, spectaculaire, créative, impliquant des amateurs et un long travail de préparation. Elle rassemble, tous les deux ans, au centre-ville de Bruxelles, quelques 4 000 paradeurs ayant participé à des ateliers de création et plus de 200 000 spectateurs.»

Les arts à l’école semblent vous préoccuper beaucoup?

«C’est un de nos combats. L’école – idéalement un lieu démocratique – devrait développer l’esprit critique, la créativité, faciliter l’accès pour tous aux arts et à la culture. Or, dès la rentrée de septembre, les périodes de cours de dessin et de musique dans l’enseignement secondaire devraient être réduites de moitié. Culture et Démocratie ne peut admettre cette mesure qui va à l’encontre du décret Culture/École visant la réintroduction de l’art et annoncé conjointement par les Ministres de l’Enseignement et de la Culture! Il y a là une incohérence!», s’objecte-t-il. «Alors que ces dispositions sont à l’état de projet, ce qui existe – et qui est insuffisant – se voit durement touché! Voilà bien un motif suffisant pour affirmer qu’en Belgique, les médiateurs culturels sont plus que jamais indispensables.»

Georges Vercheval est né à Charleroi en 1934. Il a étudié la photographie à Vevey, en Suisse et, en tant qu’artiste, exposé à de nombreuses reprises, en Belgique et à l’étranger. Enseignant en photographie dès 1962, il initie le mouvement Photographie Ouverte et, en 1981, les Triennales internationales de la photographie et une Galerie publique. En 1987, il ouvre le Musée de la photographie à Charleroi qu’il dirige jusqu’en 2000.

Pour en savoir davantage:
NéonNord : kaosmos.be
Zinneke Parade : zinneke.org

Partager ce contenu
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone