Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous

English Version

Médiation culturelle

Le Quartier des spectacles vu par les artistes montréalais Publié le : 23 janvier 2012

Crédit : Martin Viau

Ouverture de la place du Quartier des Spectacles

Ouverture de la place du Quartier des Spectacles

Des enjeux qui dépassent ses frontières

Josianne Poirier, M.Sc, Études urbaines, Institut national de la recherche scientifique – Janvier 2012

Présenté comme le «cœur de la métropole culturelle», le Quartier des spectacles est un ambitieux projet de quartier culturel. Son rapport à la communauté artistique locale et sa relation avec l’ensemble du territoire montréalais sont parmi les enjeux importants qu’il soulève.


C’est en 2003 que le Quartier des spectacles (QDS) a véritablement été lancé grâce à la création de l’organisme responsable de sa gestion, le Partenariat du Quartier des spectacles. L’ambitieux projet de quartier culturel est toujours en cours de réalisation au centre-ville de Montréal, dans le périmètre compris entre la rue Sherbrooke au nord, la rue Saint-Hubert à l’est, le boulevard René-Lévesque au sud, et la rue City Councillors à l’ouest. Le déploiement du QDS vise de nombreux objectifs: revitaliser un secteur de la ville hautement dégradé et en faire une destination touristique unique, améliorer l’image de marque de Montréal sur la scène internationale, fournir un ancrage solide à la tenue des grands festivals, favoriser la concentration d’organismes culturels, etc.

????????????????????????????????Alors que le QDS est présenté comme le «cœur de la métropole culturelle», j’ai discuté avec des artistes montréalais de son implication pour le milieu culturel et la création artistique locale. Cet exercice s’inscrivait dans le cadre de mon mémoire de maîtrise en études urbaines, lequel portait sur la perception des artistes montréalais sur le QDS. Pour réaliser l’exercice, j’ai interviewé 16 artistes issus des milieux de la musique et des arts visuels, et ayant des pratiques diverses (certaines plus underground, certaines plus grand public). Voici quelques-unes des réflexions qui ont émergé de ces rencontres…

D’entrée de jeu, les entrevues ont rapidement révélé que les artistes montréalais se sentent peu, et souvent pas du tout, interpellés par le QDS. «Je ne me sens même pas concerné. Même si je suis artiste, même si je m’intéresse à la culture et que je veux réfléchir à tout ça», disait l’un d’eux. Plusieurs ont le sentiment de ne pas être les artistes visés par le QDS et aucun ne le fréquente à l’extérieur de ses activités professionnelles. Certains artistes mentionnent aussi qu’il y a déjà eu un grand nombre de lieux de création dans ce secteur et que les artistes qui les occupaient en ont été évincés, il y a maintenant une dizaine d’années. À leur sens, il est donc ironique de demander aujourd’hui aux artistes de revenir. Ils soulignent également que les pôles de création se situent dorénavant dans d’autres quartiers montréalais (comme le Mile End, le Centre-Sud, le Sud-Ouest et Hochelaga) et qu’il est donc primordial de considérer le QDS en regard de l’ensemble des pôles artistiques de l’île.

Toutefois, tout n’est pas que négatif. La majorité des artistes rencontrés reconnaissent le potentiel du QDS comme espace de diffusion. Ils croient d’ailleurs que cette fonction devrait davantage être mise de l’avant afin de créer un pôle où se concentreraient des organismes culturels de diverses natures et de tailles variées. Pourquoi ne pas imaginer un quartier où se côtoieraient un maximum de maisons d’édition, d’agences d’artistes, de centres d’artistes autogérés et de bureaux de compagnies de théâtre et de danse? De plus, pour les artistes issus de la scène musicale, le QDS offre un fort potentiel de représentation. Les scènes extérieures des grands festivals constituent d’excellentes opportunités pour rejoindre un nouveau public et leur programmation est généralement ouverte aux musiciens émergents tout autant qu’aux artistes établis.

Partenariat du Quartier de Spectacles 03 Février 2009Partenariat du Quartier de Spectacles 03 Février 2009La décision de consacrer une large partie du centre-ville à la culture est aussi saluée par plusieurs des artistes rencontrés. En effet, ils considèrent que la mise en place du QDS confirme le caractère de métropole culturelle de Montréal et qu’elle constitue une reconnaissance de l’apport social et économique de la culture à la société. Pour l’une des artistes, le QDS rend la culture accessible à tous et grâce à lui les gens savent maintenant «à quelle adresse aller». En contrepartie, certains artistes mentionnent cependant que la diffusion culturelle ne devrait pas être limitée au seul territoire du QDS et qu’il est important que persistent des lieux de diffusion à l’extérieur du centre-ville. «C’est peut-être un des dangers que je vois du QDS, l’espèce de ghettoïsation. C’est de dire que c’est là que les shows se passent et qu’on ne regarde plus ailleurs», mentionnait un musicien. Entre autres, il apparaît que les petits lieux de diffusion sont primordiaux pour assurer la vitalité de la scène montréalaise et il est donc important qu’ils trouvent leur place à l’intérieur du QDS, mais qu’ils arrivent également à survivre dans les autres quartiers montréalais.

De plus, les entretiens ont mis en lumière que la distance entre les besoins des disciplines d’appartenance des artistes et les nouvelles infrastructures proposées par le QDS pouvaient contribuer à sa perception négative. Notamment, plusieurs artistes, autant des milieux de la musique que des arts visuels, ont mentionné le manque de lieux de création adapté à leurs besoins et abordables à Montréal. Et c’est sans compter que plusieurs lieux de création disparaissent au fil des ans, ce qui appelle aussi à des mesures pour consolider les espaces de création déjà existants. Si cette problématique dépasse la seule question du QDS, elle rappelle toutefois l’importance de considérer la position de celui-ci dans l’écosystème artistique montréalais.

Eclats-de-verre_créditLe QDS est un projet de quartier culturel complexe dont les objectifs sont à la fois culturels, économiques et sociaux. Bien entendu, les artistes ne sont pas les seuls producteurs de culture. Cependant, leur rôle important dans la sphère culturelle est indéniable et il semble donc pertinent de tenir compte de leur perception du QDS. Puisque ce dernier est encore en cours de développement, espérons que l’opportunité qu’il offre de mettre de l’avant la culture sera exploitée à son plein potentiel, dans une approche qui sera inclusive à la fois des artistes et de tous les citoyens.

Partager ce contenu
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone