Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous

English Version

Mutualisation des services en culture dans un environnement numérique

Apprentissages

Besoins collectifs vs individuels

Ce projet a fait ressortir une certaine dualité entre le désir de mutualiser et le réflexe de penser à soi. Il a permis de découvrir que la mutualisation est pertinente lorsqu’elle se présente comme une réponse à l’identification d’un besoin collectif, et non pas à l’addition des besoins de chacun. À preuve, des organismes régionaux les territoires prennent bien en charge les besoins spécifiques, même s’ils se répètent sur différents territoires. On pense à la formation, par exemple, ou encore à la mise en commun de données relatives à la vente de billets de spectacles. Le traitement des besoins de chacun à l’échelle locale est bien plus pertinent s’il est décentralisé et connecté au terrain.

Un projet de mutualisation devient innovant et trouve sa place lorsqu’il sert à répondre à un besoin collectif, transversal à toutes disciplines et à tous territoires. Ce besoin n’est pas l’addition des particularités mais bien une proposition unique, partagée par tous et qui se situe au-dessus des besoins individuels.

Émergence d’un besoin collectif: l’intelligence d’affaires centrée autour des données

Au regard des prototypes et de l’ensemble des activités des ateliers, l’intelligence d’affaires ressort clairement comme étant LE besoin commun à toutes les régions et à toutes les disciplines. Hormis la formation et l’accès aux ressources qui sont déjà bien couverts, les métadonnées pointent aussi comme l’enjeu central relié au développement d’une intelligence d’affaires adaptée à l’impact du numérique. Source de la compréhension de la relation au public et nouveau patrimoine immatériel des entreprises culturelles souvent aux mains de tiers qui les gèrent à leur seul profit, les métadonnées s’inscrivent au cœur des besoins dominants, que ce soit en développement d’affaires, par une meilleure lecture de la réalité, mais aussi en découvrabilité numérique. Tous les moteurs de recherche et de recommandations bâtissent les réponses présentées aux internautes à partir de ces micro éléments. La réappropriation des données avec une juste gouvernance et rémunération, l’utilisation et l’interopérabilité de ces dernières dans toutes les sphères des organisations sont au cœur de ce qui doit être réussi.

Il faut voir l’intelligence d’affaires centrée autour de la donnée comme le grand parapluie qui englobe plusieurs sous-questions relative à l’utilisation du numérique et débutant par «Comment pourrions-nous…»:

  • être plus performants, compétitifs et innovants?
  • être les premiers à profiter de la valorisation de nos données numériques?
  • mieux comprendre, servir et rejoindre les clientèles?
  • devenir plus et mieux découvrables?
  • intéresser et rejoindre de nouveaux publics?
  • être mieux outillés pour faire face aux nouveaux usages?
  • mutualiser des ressources dans un contexte de délocalisation et de distanciation?
  • mieux gérer les contrats et les revenus aux ayants droit?

Tableau combiné des besoins dominants issus des trois ateliers: