Culture pour tous Calendrier des évènements
Suivez-nous
  • Suivez-nous sur LinkedIn

English Version

Mutualisation des services en culture dans un environnement numérique

La mutualisation

Qu’est-ce que c’est?

Concept très agile, la mutualisation est le partage par des individus ou groupe d’individus de biens, logements, équipements (ménagers, outils, moyens informatiques, etc.) ou moyens de transport, de manière à optimiser l’accès à ces ressources et leur rentabilité (par le partage des coûts, frais d’entretien, assurance, réparation, etc.). On ne parle donc pas forcément d’une forme juridique codifiée et physique mais plutôt d’un principe d’interopérabilité entre différents acteurs.

La mutualisation des services en culture: une tendance

Dans le domaine de la culture, la mutualisation est dans l’air du temps. Face à la pression qu’exerce le numérique sur les pratiques artistiques et d’affaires, les organismes tendent à se regrouper pour en profiter. Plusieurs types de mutualisation sont mis en place : produits, services, ressources humaines, espaces, métadonnées, pratiques, intelligence d’affaires, données d’usages, etc.

Quelques exemples:
  • La Machinerie des arts: offre à ses membres, en ligne, plus de 100 outils dont environ sept qui abordent la transformation numérique. Propose également de l’accompagnement entrepreneurial (services-conseils d’experts).
  • Artère: destiné à la relève artistique de Montréal, et résultat d’un partenariat entre la Ville de Montréal et le Conseil des arts de Montréal, ce portail propose de multiples formations classées par disciplines artistiques : Arts du cirque, Arts numériques, Arts visuels, Cinéma et vidéo, Danse, Littérature et conte, Métiers d’art, Musique, Nouvelles pratiques. On y trouve également une liste de sources de financement, un répertoire de lieux de diffusion, un carnet d’adresses et un calendrier d’événements. Il contient aussi un babillard sur lequel il est possible d’afficher des appels à projets et des offres d’emploi, et diffuse le coffre à outils de La Machinerie des arts.
  • Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec (RDIFQ) : six distributeurs de films ont mis en commun leurs catalogues afin de soumettre les métadonnées de leurs films à une modélisation visant le modèle SCHEMA et des espaces choisis de l’univers Wikimédia (Wikidata, Wiki Commons, Wikipédia). La démarche vise deux objectifs : rendre leurs films découvrables et reconnaissables par les algorithmes de recommandations et s’inscrire dans le corpus culturel mondial.
  • Regroupement québécois de la danse (RQD) : propose de créer un almanach culturel et numérique, sorte d’agrégateur de contenus, présenté par discipline. Projet financé par Québec numérique. Lancement prévu en octobre.
  • Le projet Synapse C / Quartier des spectacles: vaste projet de valorisation des données initié par le Partenariat du Quartier des spectacles avec la collaboration de plusieurs partenaires, dont Aimia et HEC Montréal. Il vise à offrir au milieu culturel des ressources pour mieux comprendre les comportements des consommateurs. Le domaine culturel produit aujourd’hui des données à un rythme effréné, qu’elles soient liées à la vente de billets, à la participation sur les réseaux sociaux ou aux consultations de sites internet. Toutefois, la plupart des organisations culturelles ne possèdent pas l’expertise, la compétence ou les ressources nécessaires pour colliger, traiter et transformer toutes ces données éparses en information utile pour agir dans un environnement changeant. À l’heure des technologies numériques, il est apparu essentiel de mettre en commun les forces vives des milieux culturels et universitaires et des professionnels en analytique de données pour exploiter ces millions de données « en dormance », dans l’intention d’insuffler un nouvel élan à l’écosystème culturel.
  • SPACQ-APEM-ADISQ: ces trois organismes ont uni leurs efforts pour offrir à leurs membres respectifs des formations transversales ayant trait aux nouveaux enjeux que soulèvent le numérique pour l’industrie de la musique (métadonnées, droits d’auteur, découvrabilité sur les plateformes de diffusion en continu, etc.)
  • BTLF: mutualisation des données d’usage pour la commercialisation du livre. Système d’information en temps réel sur les ventes de livres francophones au Canada.
  • Les Libraires: mutualisation d’intelligence d’affaires pour les membres de cette coopérative qui regroupe plus de 100 librairies indépendantes du Québec, des Maritimes et de l’Ontario.

Bénéfices de la mutualisation :

  • Bonifier ses activités en accédant à une capacité supérieure ;
  • Étendre son influence et son rayon d’action ;
  • Développer une culture de collaboration.

#mutualisation